Délit de Novices 2 est la deuxième version d'un projet écrit pour jouer in situ. Eil est composée de 3 pièces :

Entre-jeux
Echanges, discussions entre deux musiciens, bruitistes, dont le langage se limite aux sons, parfois bruts, naturels, corporels, parfois artificiels, provoqués sur ce qui les entoure, ou encore, plus élaborés, sur des instruments. Corps à corde, bête à peau, du souffle à l'archet, d'une table à une batterie, tout est bon pour s'exprimer, communiquer, entre eux et avec ceux qui les regardent. Ils prendrons place au cœur de la BU, tentant de « ré-enchanter » son univers sonore.
Glenn Cavarlé : batterie/objets
Simon Le Doaré : contrebasse/objets

Sociologie statistique
Une étude sur la fréquentation de la bibliothèque universitaire a été commandée par la faculté à un étudiant en « statistiques appliqués à la sociologie ». Introduit, guidé, tempéré par un représentant de l'administration universitaire, cet étudiant va rendre compte de cette curieuse étude...
Un discours à deux voix, tantôt unifiées, tantôt discordantes, tente ici d'exprimer à travers le sujet de la BU et des étudiants, des contradiction plus profondes et plus globales d'un système d'analyse, le poussant jusqu'à l'absurde.
Deux jeunes comédiens portent ce texte écrit pour l'occasion de l'inauguration de la BU, en adresse directe aux gens, et avec un sourire constant amené par un humour absurde, certains questionnements soulevés ou encore quelque ironie passagère.

Comédiens : Pierre Binjamin et Alexandre Rabinel
Texte : Matthieu Gousseff

Diphonie
Deux musiciens, un saxophoniste et un chanteur accompagnés de machines. En lieu et place des mots, les sons sont leurs paroles, leur moyen de communiquer, entre eux et avec le public. Une rencontre entre deux fortes identités s'opère, se développe, chacun se jauge, puis la communication naît, doucement, jusqu'à développer un discours commun, adressé à autrui.
Dans une démarche de recherche et d'expérimentation, cette musique s'est créé par un réel échange entre les deux interprètes et le metteur en scène, tous étant ainsi auteurs du travail au même titre. Malgré l'abandon de codes inhérents à un style de musique habituellement identifiable, ce duo s'est construit dans une volonté d'accessibilité à tous, initiés ou non.

Arthur Augustin : saxophone
Jérémy Uguen : voix/machines
Equipe :

Simon Le Doaré (Mise en scène)