Hiatus est une compagnie pluridisciplinaire (danse, musique, théâtre, arts plastiques) créée à Brest en 2008. Toutes les pratiques ont la même importance, danseurs, musiciens, comédiens, plasticiens sont tous des «acteurs», au sens de l’action. Mue par une démarche contemporaine empreinte d'exigence, la compagnie cherche à rendre un travail accessible au plus grand nombre.

Dans le contexte économique et politique actuel, nous pensons que l’art doit plus que jamais être vecteur d’une parole, porteur de sens en cohérence avec le monde dans lequel nous vivons. Il s’agit de questionner cet environnement, pour ouvrir de nouvelles possibilités. Au delà des questionnements intimes, existentiels et intangibles inhérents à nos conditions d’humains, il s’agit aussi d’aller chercher le social, le politique, l’économique, le médiatique, champs qui ne peuvent être perçu comme séparés de l’intime. L’individuel intime influe sur le collectif social et réciproquement.
L’art ne doit pas être appréhendé uniquement comme un échappatoire de la «vraie vie», mais au contraire comme un moyen d’y plonger entre plus profondément pour mieux remettre en cause les systèmes desquels nous dépendons. Il nous faut saisir cette matière, et venir l’interroger avec nos corps, nos voix, nos mots, nos sons, nos images d’humains. Cette mise à distance que l’artiste doit partager avec le public ici pris comme une addition d’individus, est un moyen de se réapproprier ces domaines, de conscientiser les systèmes desquels nous sommes des rouages involontaires, et suivant les positionnements de chacun, de lutter contre ou non.
A l’inverse du dirigeant politique ou du journaliste, nous ne cherchons pas à nous adresser à la masse sociale en tant que groupe homogène. Il ne s’agit pas du public en soi, mais des publics, et plus encore, de toutes les individualités qui le constituent. Ainsi, non seulement il nous faut nous adresser à quelqu’un, mais en plus, il conviendra dans la mesure du possible de savoir à qui.

C’est dans cette démarche que Hiatus tente de s’inscrire, sans revendiquer d’appartenance politique, ni ambitionner des objectifs hors de portée. L’idée est d’agir, par l’art, à notre niveau en terme de compétence, de propos, de moyens, et de territorialité.

Dix pièces ont jusquʼici été créées : « Lieu d'un Lien » en mai 2008, « Depuis les barricades » en novembre-décembre 2008, « Délit de Novices » en mai 2009, «Délit de Novice 2» en janvier 2010, «Récidives» en mai 2010, «Ekko» en mars 2011, et «Trafic d’insolences» en mars 2012. Plus récemment, Démocratie, etc. et Spread ont été finalisées en mars 2013, et Stock Options en janvier 2014.

Hiatus a été soutenu tour à tour par la Maison du Théâtre à Brest, l’Espace Léo Ferré (Maison de Quartier de Bellevue, Brest), le Service culturel de l'Université de Bretagne Occidentale, la Ville de Brest, la MacOrlan et Penn ar jazz.

Il faut tenter.
Puis rater.
Enfin, recommencer.